AccueilActualitésQuelle architecture pour les malades d’Alzheimer ?

Actualité

retour
06 mai 2021

Quelle architecture pour les malades d’Alzheimer ?

La Recherche

Membre du laboratoire PAVE[1] de l’école d’architecture et de paysage de Bordeaux, Manon Labarchède, architecte d’État et Docteure en sociologie, vient d’achever sa thèse entamée en 2016 sur la question de l’habitat et du vieillissement « Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité ».

Comment est pensée l’offre d’hébergement aujourd’hui en France pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et apparentées ? C’est à cette analyse architecturale, sociale et spatiale de trois différents types de lieux (les unités dédiées, les EHPAD spécialisés et les projets innovants) que s’est consacrée l’étudiante-chercheuse pendant trois années.

Les deux premiers modèles d’hébergement étudiés cherchent soit à contrôler tous les aspects de la maladie dans un cadre fermé, soit à subvenir à tous les besoins des résidents (maladie, loisirs…) en créant une vie en autarcie. Le troisième modèle, illustré dans sa thèse par le Village Landais Alzheimer, a permis de présenter dans sa recherche une logique beaucoup plus inclusive. « La conception de cet établissement innovant relègue la pathologie au second plan. Elle permet un accompagnement intégré en rendant invisibles les signes de la maladie et de sa prise en charge, » explique Manon Labarchède.

Accompagner la réflexion des concepteurs de futurs lieux d’accueil

En effet, une forme architecturale peut favoriser l’intégration et aller au-delà des besoins de la maladie. Avec une balançoire, des jeux à bascule dans la cour ou un rayon Jeunesse dans la médiathèque, la volonté des porteurs de ce projet de créer un lieu également accueillant pour les petits-enfants ou enfants des Villageois est clairement visible. « Il en est de même pour la vie culturelle du quartier pavillonnaire dans lequel est installé l’établissement. Les équipements et l’offre culturels qui y sont proposés vont dynamiser l’ensemble du territoire. Le Village devient, grâce à cette conception des aménagements, un réel lieu de vie, au-delà de la maladie[2] ».

La thèse de Manon Labarchède a ainsi pour objectif d’accompagner la réflexion des concepteurs de lieux d’hébergement pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Car la forme de leur établissement aura un impact décisif sur l’accompagnement possible des personnes qui y seront accueillies.

Manon Labarchède

La thèse complète de Manon Labarchède « Les espaces de la maladie d’Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité » est accessible en ligne : http://www.theses.fr/2021BORD0030


[1] Profession Architecture Ville Environnement
 
[2] De son ouverture, le 11 juin 2020, à la date de rédaction de cet article en mai 2021, la crise sanitaire n’a pas permis l’ouverture du Village Landais Alzheimer sur l’extérieur tel que prévu. Les commerces et services de la Bastide doivent être accessibles au grand public prochainement.

 

 

Actualités en lien